La particularité de la fatigue liée au SFC/EM se verrait dans les gènes

Image

Résultat d’une étude sur l’expression des gènes pour la fatigue
http://www.prohealth.com/ME-CFS/library … ibid=20296

Quelles sont les différences entre le Syndrome de Fatigue Chronique/Encéphalomyélite Myalgique et la fibromyalgie ?

Les gens remarquent en général qu’il y a des similarités entre différentes maladies concernées par la fatigue. Par exemple, dans le SFC (Syndrome de Fatigue Chronique), la fatigue ressentie est plus ou moins similaire à la fatigue que subissent les patients dépressifs

Les malades du SFC sont souvent atteints de la fibromyalgie mais certains patients ayant la fibromyalgie n’ont pas le SFC. Quelles sont les différences entre ces différentes maladies/syndromes ?

Je vais vous montrer quelques images représentant l’évaluation des patients dans un premier temps, puis l’expression de certains gènes. La première montre le niveau de fatigue physique, mentale, et de douleur que rapportent les personnes faisant partie du groupe de contrôle (patients sains).

Chez les gens souffrant de fatigue chronique ou de fibromyalgie, les résultats sont très différents des autres groupes. Le niveau de douleur chez les patients souffrant de SFC est beaucoup plus élevé, même au repos, que chez les patients normaux. Après l’exercice physique les patients continuent à montrer un niveau de douleur extrêmement plus élevé qui dure longtemps, sur plusieurs jours. Ils présentent aussi une augmentation de la fatigue mentale, et une augmentation encore plus importante de la fatigue physique.

Contrairement aux patients normaux, vous remarquerez que pour les patients souffrant de SFC, les niveaux de fatigue physique et mentale ainsi que la douleur continuent à augmenter sur 48h. Les niveaux sont toujours plus élevés 48h après l’exercice. Les patients normaux se sentent mieux après cette période de temps.

Chez les patients souffrant de dépression, les résultats sont bien différents. Ces patients montrent une fatigue et une douleur un peu plus importantes que les personnes saines pendant l’exercice, mais celle-ci diminue au bout de 24h à 48h. L’exercice a donc amélioré leur condition, contrairement aux patients souffrant de SFC.

Si on regarde maintenant les patients souffrant de fibromyalgie, nous voyons des résultats qui se rapprochent plus de ceux vus pour les patients souffrant de SFC après l’exercice. Leurs niveaux de douleur sont plus élevés, car pour les besoins de l’étude, les patients atteints de SFC ne sont pas atteints de fibromyalgie – Les douleurs sont bien sûr plus élevées pour les patients atteints des 2 conditions -. Leur douleur augmente et reste forte pendant jusqu’à 48h après l’exercice, ce qu’on ne voit jamais chez les patients souffrant de dépression ou les personnes saines. Ces afflictions sont donc très différentes.

En quoi la fatigue ressentie pour les patients souffrant de SFC/EM diffère-t-elle de la fatigue ressentie pour le cancer et la sclérose en plaque ?

Presque toutes les maladies « graves » connues peuvent causer certaines formes de fatigue. Comment différentier si le patient a le SFC/EM ou une autre de ces maladies ?

Nous avons étudié plusieurs afflictions pour lesquelles une fatigue apparaît, et nous les avons comparées avec le SFC/EM. Ce que nous avons vu c’est que pour les patients qui ont un cancer par exemple (pour l’étude, cancer de la prostate), un grand nombre d’entre eux sont très fatigués, et comme pour les patients souffrant de dépression, la majorité de ces patients se sentent mieux après un effort physique. Leur douleur et leur fatigue diminuent, contrairement aux patients atteints du SFC.

Si on regarde les patients atteints de sclérose en plaque, qui souffrent également de fatigue, on remarque que l’exercice améliore également leur condition.

Nous avons regardé l’expression des gènes de ces patients également, et ce que nous avons découvert c’est que dans tous les groupes décrits jusqu’ici, il y a des gènes qui sont régulés ou dérégulés selon la maladie, et c’est le même groupe de gènes qui est concerné pour toutes les afflictions décrites. Cependant, toutes ces dérégulations n’apparaissent pas de manière simultanée dans toutes les afflictions mais bien seulement dans le cas du SFC. Généralement nous voyons 1 ou 2 gènes dérégulés qui sont les mêmes pour toutes les afflictions décrites, ce qui décrit une fatigue basique, mais pour le SFC il y a également tous les autres gènes du groupe qui sont affectés, et cela inclus au moins 13 autres gènes, et ce sont ces gènes qui nous permettent de déterminer que cette personne est atteinte du SFC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *