L’Ampligen, un médicament qui montre des promesses

ampligen

Le médicament

L’Ampligen ou Rintatolimod est une molécule immunomodératrice à double brin d’ARN à l’origine utilisée pour réduire la formation des tumeurs. Le mode d’action est le suivant : la molécule renforce le système immunitaire contre une variété de pathogènes. Ce mode d’action rapporté a causé des levées de boucliers dans le système médical. Peu de médicaments sont efficaces contre plusieurs types de pathogènes.

En avril 2007, Hemispherx Biopharma, l’entreprise responsable pour l’Ampligen, a reporté que le médicament fonctionne en activant des récepteurs à pathogènes à la surface des cellules, appelés TLR-3.

En 2009, le médicament a été testé pour plusieurs maladie dont le SFC/EM, le SIDA, et l’hépatite C.

Plusieurs études ont montré que chez les patients souffrant de SFC/EM, le système immunitaire inné subissait des dérégulations. C’est sur ce système immunitaire inné (à l’opposition du système immunitaire acquis) qu’agit le médicament Ampligen, en « imitant » la structure de protéines virales qui normalement stimulent les défenses immunitaires. Il semblerait que l’Ampligen soit en mesure de stabiliser le système immunitaire pour au moins certains patients.

Des rapports de patients encourageants

Le médicament est clairement efficace pour certains patients. Certains comme Kelvin Lord ont créé un blog pour décrire la progression de leur traitement.

Les études

La première étude publiée concernant l’efficacité de l’Ampligen sur les patients souffrant de SFC/EM date de 1994. Une étude contrôlée au placebo a montré des scores plus important sur l’indice de Karnofsky (une échelle mesurant la qualité de vie), de meilleures performances aux tests d’effort et des performances cognitives plus importantes. En 2012 une nouvelle étude réalisée par Hemispherx a montré une tolérance accrue à l’effort, un score amélioré sur l’indice de Karnovsky et une vitalité accrue.

Les rapports des médecins

Un petit groupe de médecin américains a été impliqué sur des tests à l’Ampligen durant les 20 dernières années.

En 1997 le Dr. Lapp était très optimiste en rapportant que le médicament avait une efficacité « merveilleuse » avec 80% des patients montrant une amélioration et 50% des patients sortant de la maladie. 10 ans plus tard il fut plus réaliste en rapportant qu’il a eu de « vraies réussites » avec beaucoup de patients montrant un état amélioré, et qu’il ne considérait pas le médicament comme un remède. Sur son site Internet, le docteur reflète que sur 26 patients traités, 12 ont rapporté de « grandes améliorations » et 6 « certaines améliorations ».

Le Dr. Bateman a rapporté qu’elle était « confiante sur le fait que l’Ampligen améliore les symptômes et la qualité de vie de certains patients après quelques semaines voire mois d’utilisation. » En septembre 2004 elle rapportait que la majorité des patients ayant reçu le médicament ont montré de claires améliorations.

Après avoir travaillé avec l’Ampligen pendant plusieurs décennies, le Dr. Peterson rapporte, lui, que le médicament est « plutôt efficace ».

Malgré le fait que les améliorations notées lors des études soient modestes, le Dr. Bateman note que « ce sont des personnes qui ne peuvent d’habitude faire aucun effort sans voir leur état gravement empirer, et la majorité des patients a montré des améliorations sur leurs symptômes les plus persistants ». Le Dr. Klimas repiquait que « Ce médicament est plutôt bénéfique pour certains patients, et la prochaine étape est de déterminer quels patients ce médicament peut vraiment aider. »

Une étude montre des rechutes après plusieurs années après la fin du traitements, ce qui suggère la nécessité de cycles de traitement périodiques.

Effets secondaires

Le Dr. Bateman n’a pas rapporté d’effets secondaires significatif durant l’essai clinique en 2004. Durant l’étude de 2007 les effets secondaires était faibles et ne montraient pas de différence significative avec le groupe sous placebo.

Disponibilité

Hemispherx a récemment annoncé qu’une entreprise basée sur le Pays-Bas appelée myTomorrows allait apporter le médicament à certains patients souffrant de SFC/EM sévère, à l’aide d’un programme d’accès anticipé.

Controverse

Le médicament est encore à ce jour bloqué au niveau du FDA (Food and Drugs Administration) aux Etats-Unis, l’organisme demandant des études plus larges et plus approfondies, très coûteuses pour l’entreprise responsable du médicament qui n’a pas les fonds nécessaires pour les mettre en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *