Revue systématique des traitements médicamenteux pour l’EM/SFC

Traitements EM/SFC

Une nouvelle étude réalisée à l’université de Griffith en Australie et publiée dans Clinical Therapeutics 2016 fait le point sur les données existantes concernant les traitements médicamenteux pour l’EM/SFC. Cette méta-étude s’intéresse à 26 études réalisées sur des traitements médicamenteux pour l’EM/SFC. Celles-ci ont été réalisées sur de petites cohortes de patients et avec des critères de diagnostic pouvant différer. Comme le soulignent les chercheurs de l’étude, il faudrait des cohortes de patients bien définies pour avoir des résultats réellement significatifs.

Le résultat de la méta-étude est sans surprise : il n’y a pas à l’heure actuelle de traitement médicamenteux universel efficace pour l’EM/SFC.

13 seulement de ces études ont rapporté des résultats significatifs. Les chercheurs ont pris en compte uniquement les essais contrôlés randomisés.

Traitements médicaux

11 des 20 traitements médicamenteux ont montré des résultats très légers à modérés. Un de ces médicaments, le Nefazodone, a été retiré de la vente en 2004 suite à des effets secondaires.

Pour la fatigue l’étude rapporte une efficacité modérée pour le Rintatolimod, l’Acetyl-L-Carnitine et l’immuno-globuline en intraveineuse. La méta-étude souligne que l’étude sur le rintatolimod pose des questions étiques, notamment le fait de réaliser des tests de tolérances à l’exercice sur des patients sévèrement atteints.

L’étude indique que l’analyse des résultats concernant le Rituximab est prématurée (une étude de phase 3 est actuellement en cours en Norvège et une autre va être lancée en Angleterre).

Traitements non-médicamenteux

Les essais qui ont étudié la thérapie graduelle par l’exercice, la thérapie cognitivo-comportementale, la régulation adaptative, ou tout autre plan de traitement non-médicamenteux ont été exclus.

 

Cette étude montre une fois de plus qu’il n’y a pas de traitement universel pour l’EM/SFC. Le maximum qu’on peut attendre d’un traitement médicamenteux est un résultat léger à modéré. Les études concernées par cette méta-étude ont cependant été réalisées sur de petites cohortes de patients, et doivent être réalisées sur de plus grandes cohortes pour avoir une valeur significative.

Traitements EM/SFC

Traitements médicamenteux étudiés

Traitements EM/SFC

Résultats de l’étude

Traitements EM/SFC

Résultats de l’étude (suite)

Résumé

 

Objectif
La pathogénie du syndrome de fatigue chronique ou encéphalomyélite myalgique (EM/SFC) est complexe et reste mal comprise. Les données concernant l’utilisation des traitements médicamenteux dans l’EM/SFC sont actuellement limitées et contradictoires. L’objectif de cette revue systématique était d’examiner les preuves existantes sur l’efficacité des traitements médicamenteux et déterminer si certains peuvent être recommandés pour les patients atteints d’EM/SFC.

Méthodes
Les bases de données Medline, Embase et PubMed ont été recherchées depuis le début de leurs dossiers à Mars 2016 pour identifier les études pertinentes. Des essais contrôlés randomisés axés uniquement sur un traitement médicamenteux pour soulager et/ou éliminer les symptômes de fatigue chronique ont été inclus dans l’examen. Les essais qui ont étudié la thérapie graduelle par l’exercice, la thérapie cognitivo-comportementale, la régulation adaptative, ou tout autre plan de traitement non-médicamenteux ont été exclus. Les critères d’inclusion ont été examinés afin de veiller à ce que les participants à l’étude présentent des critères de diagnostic spécifiques à l’EM/SFC. La taille de l’étude, l’intervention et les domaines de résultats ont été résumés.

Résultats
Un total de 1039 études ont été identifiées correspondant aux termes de recherche; 26 études ont satisfait à tous les critères et ont été considérés comme appropriées pour examen. Trois critères de diagnostic différents ont été identifiés: les critères Holmes, critères du consensus international, et les critères Fukuda. Les principaux résultats identifiés sont la fatigue, la douleur, l’humeur, la dysfonction neurocognitive et la qualité du sommeil, la gravité des symptômes, l’état fonctionnel, et le bien-être ou l’état général de santé. Vingt classes de produits pharmaceutiques ont été mises à l’essai. Dix médicaments se sont révélés être légèrement à modérément efficaces dans leurs groupes respectifs d’étude (P <0,05).

Implications
Ces résultats indiquent qu’aucun traitement pharmaceutique universel ne peut être recommandé. L’étiologie inconnue de l’EM/SFC et les complications découlant de sa nature hétérogène, contribuent au manque de preuves claires pour les interventions pharmaceutiques. Cependant, les patients déclarent utiliser un grand nombre et une grande variété de médicaments. Cette constatation met en évidence la nécessité d’essais cliniques avec des cohortes de patients EM/SFC clairement définies. Les essais basés sur des critères plus spécifiques tels que les critères de consensus international sont recommandés pour identifier les sous-groupes de patients pour lesquels les traitements peuvent être bénéfiques.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *